Dépucelage Anal à Valenciennes


22 avril 2018 Facebook Twitter LinkedIn Google+



Salut tout le monde,

Je m’appelle Valentin et j’ai 23ans, je voudrais vous parler de ma première expérience de dépucelage anal à Valenciennes.

On dit souvent que ça reste un des plus beaux souvenirs, dans mon cas en tout cas même dix ans après, j’en garde des émotions extrêmes.

Juillet 2007, je suis invité à passer deux semaines de vacances par mon copain de toujours, jérémy. Il a prévu de passer une partie des vacances chez ses grands parents maternels qui exploitent une ferme près de Valenciennes et l’endroit étant assez isolé il a envie que je vienne pour se sentir moins seul.

Jérémy, c’est mon pote, mon meilleur ami, lui et moi après les cours on se retrouve sur les terrains de basket, il est bien bâti pour ses 15 ans et il commence à changer un peu, sa voix, que je trouve un peu plus grave, et pour moi c’est une fierté de pouvoir jouer et me promener avec un « grand », moi j’ai à peine 13 ans et je reste en admiration devant lui parce qu’il attire tout le monde autour de lui, il hésite pas à prendre ma défense lorsqu’un ou l’autre vient m’embêter et avec lui je me sens en sécurité.

Mes parents me donnent l’autorisation, les siens sont enchantés que je l’accompagne, surtout qu’ils ne resteront pas sur place à cause de leur travail et ainsi leur fils sera pas tout seul avec papy et mamy.
Début juillet, nous partons donc en voiture, les parents de jérémy resteront deux jours avec nous, nous arrivons dans les campagnes le paysage est splendide, des arbres, des vaches, la vraie nature. Au bout d’un chemin bordé de bouleaux nous arrivons devant une grande bâtisse entourée d’étables, ça sent la paille et le fumier et au fond se trouve une énorme granche.

Nous sommes accueillis par les grands parents à bras ouverts, nous prenons un repas après avoir fait le tour de la propriété et installation dans nos chambres, la mienne se trouve juste en face de celle de jérémy.
Comme prévu les parents de jérémy nous quittent le surlendemain, le lundi les grand-parents nous invitent à aller faire les courses avec eux mais nous préférons rester en promettant d’être sages. sitôt partis jérémy m’entraîne dans la grange, nous y jouons dans le foin, nous nous roulons et bataillons entre ados que nous sommes, bien-sûr il prend bien vite le dessus.

Je me retrouve plaqué dans la paille, il est allongé sur moi en vainqueur, c’est là que tout à coup il me regarde dans les yeux, d’une manière qui provoque chez moi un frisson inconnu jusqu’alors, et il me demande : tu l’as déjà fait??? bien que très jeune j’avais compris à quoi il faisait allusion, tout rouge et ému je lui dis que non.

Il me regarde et devient rouge aussi, je sens chez-lui une émotion que je ne lui connaissais pas, tout en me maintenant il me répond : moi non plus, pourtant j’ai envie d’essayer et toi.
Je lui réponds que moi aussi je voudrais bien mais les filles ne se laissent pas accrocher si facilement, et je n’ose trop m’y aventurer.

Son regard plongé dans le mien, je devine chez lui un trouble aussi profond que le mien, je sens qu’il a envie de me dire quelque chose qu’il n’ose pas et mon corps et mon esprit réagissent de façon bizarre, je me sens « tout chose », j’ignore encore que c’est l’excitation, du haut de mes 13 ans j’hésite entre la peur d’être surpris ou de choses inconnues pour moi.

Il reste allongé sur moi, desserre son étreinte sur mes poignets pour glisser sa main sur mon épaule, il rapproche sa joue de la mienne et me dit tout en tremblant : tu sais que personne ne nous verra ici, ils ne reviendront pas avant quelques heures et personne ne vient dans la grange en leur absence, en plus ici à l’étage derrière les ballots de paille personne ne peut nous voir…. il me regarde de nouveau pour voir ma réaction, je sens son corps entamer des mouvements contre le mien, j’ose à peine répondre, puis je m’aventure timidement à une question, tu,,, tu veux dite que…….

je n’ose pas prononcer ma phrase, il ose à peine me répondre et réfléchit un peu, puis il se lance en me disant, ben au fond; qui le saura puisque nous sommes seuls, et ainsi on saura ce que ça fait…
Ma curiosité, mon envie de savoir effectivement et la chaleur de son corps ont raison de moi, je lui dis si tu es sûr que on nous surprendra pas, ….

La fin de ma phrase se fond dans ma gorge tant je suis excité, je ressens au fond de mon slip une sensation agréable, et là il me dit enfin, on va le faire.. et il plaque sa bouche contre la mienne, que je garde d’abord fermée parce que c’est vraiment pour moi la première fois, mais ses mouvements de lèvres m’ont vite fait comprendre que je devais écarter mes lèvres, tout en m’embrassant il commence à me caresser et se frotte contre moi, nous sommes toujours en vêtements et j’ai une drôle d’impression, comme si j’allais uriner alors que j’y étais allé avant d’entrer dans la grange.

Lui, avec ses 15 ans et malgré son inexpérience il en sait plus que moi; de par les magasines, les films pornos; les conversations entre copains, moi je suis plus enfermé et bien moins au courant de ces choses là.
Au bout de quelques minutes de frottements contre moi, il me demande si ca me plaît, je lui dis que oui, bien sûr la sensation est bizarre mais tellement agréable, il me dit attends on va faire mieux, il s’agenouille, ouvre son pantalon et sort, le baisse ainsi que son slip, je vois pour la première fois de ma vie une bîte en érection, autre que la mienne, mais jamais je ne m’étais branlé auparavant.

J’étais jusqu’à ce jour là encore ce que l’on appelle un puceau; et ce dans tous les sens du terme.
Je regarde bien sûr et mon excitation se fait plus grande, en même temps que la peur de l’inconnu, mais la sensation reste si agréable que je n’ai pas envie d’arrêter, je le laisse donc ouvrir mon pantalon et je soulève mon torse pour qu’il puisse baisser mon slip, ce qu’il fait jusqu’aux genoux puis il s’allonge de nouveau sur moi;

Je sens son sexe frotter contre le mien, je me dis dans ma tête que ca y est, le moment est arrivé ou je fais l’amour pour la première fois, j’ignore encore que ce ne sont là que les prémices. ses mouvements sont de plus en plus forts et précis, sa queue à chaque fois frotte la mienne et ses baisers sont de plus en plus profonds à mesure que son excitation grandit, si bien que j’ai peur à un moment qu’il me morde l’oreille, la langue et le cou. a un moment je sens une châleur très forte à hauteur de mon sexe.

J’ai l’impression de devoir vraiment uriner de l’eau bouillante et je n’ai pas pu tenir, je crie un peu au moment ou j’éjacule tellement c’est bon, je craignais d’avoir uriné mais c’était tout autre-chose, une chose que jamais je n’avais connue mais qui était merveilleuse, je l’embrassais plus fort à mon tour, je le serrais contre moi pour que ça continue mais l’effet ne dure que quelques secondes, mais la satisfaction de ce que je viens de connaître, ça reste incontrôlable.

J’essuie avec un mouchoir, mon sexe s’est recouché mais pas pour longtemps, jérémy me le reprend en main, il me caresse et me met la main sur le sien, il est vraiment très gros et dur, on est couchés maintenant face à face sur le côté et il me dit j’ai envie d’un truc, je demande quoi il me dit j’ai envie d’une pipe, toujours avec mon innocence juvénile je m’étonne, mais tu fumes pas???

Il se met à rire, me dit tu sais pas c’est quoi une pipe sexuelle?

Ben non, …. tu veux savoir????

Ben, oui….

Ok, fermes les yeux, ce que je fis directe, je le sens prendre ma tête entre les mains, je sens ma joue passer à hauteur de son ombril; il me dit ouvre la bouche et aussitôt je sens son sexe entrer dedans, d’abord j’ai un sentiment de dégoût, il s’en rend compte mais je ne veux pas le décevoir pour rien au monde, je me laisse guider par ses mains, l’une tenant sa queue et la dirigeant entre mes lèvres.

L’autre faisant faire à ma tête des mouvements de va et vient…. en quelques secondes j’ai appris le mouvement et mes lèvres se sont fermées sur sa queue tandis que ma langue commençait à s’enrouler autour de son gland, de nouveau ma queue était en feu, je recommençais à sentir l’excitation d’avant et à mesure mes gestes s’amélioraient.

Je saisis sa bite en main et maintenant je prenais les rênes, tandis que lui me branlait je le suçais maintenant comme un expert, je sentais à ses coups de reins qu’il aimait j’ai senti à un moment sa veine se gonfler, il à saisit ma tête pour me bloquer sa queue ,au fond, j’ai cru qu’il voulait me la mettre au fond de la gorge, je l’ai entendu pousser un cri pendant que dans ma bouche je sentais trois ou quatre jets chauds se libérer de sa bite.

A chaque fois je le sentais arriver déjà au niveau de sa veine qui se gonflait pour laisser passer son sperme, je suçais jusqu’à la dernière goutte, jusqu’à ce qu’il me relâche pour la sortir, beaucoup moins grosse qu’en rentrant, moi de mon côté je recrachais dans un coin de paille son essence qui s’était libérée dans ma bouche.

Tous les deux encore émerveillés par ce que nous venons de faire nous sommes l’un contre l’autre à nous caresser et à nous embrasser, il me chuchote à l’oreille c’était génial, ça t’a plu? Moi toujours sous le choc je lui dis oui, merveilleux, et je laisse échapper bêtement ça y est je l’ai fait, j’ai fait l’amour, je remarque qu’il a encore des choses à me dire, et je me trompe pas il me dit, ça c’est le début, les préparatoires, on a pas vraiment fait l’amour puisque à part ta bouche on s’est pas pénétré. Moi toujours aussi con je lui réponds mais tu saurais pas puisque j’ai pas de vagin (à l’époque je parlais de trou)….

Il prend alors son gsm et me dis regardes, je vois alors qu’il avait téléchargé des photos pornos d’hommes qui s’enculaient, j’avais déjà entendu le mot mais je m’imaginais pas vraiment que ça se faisait vraiment, bien qu’excité de continuer dans mes découvertes du sexe je prends peur, je lui dis mais ça doit faire mal, on sait pas rentrer un truc comme aussi gros comment tu veux qu’on fasse?
je le vois un peu moqueur et exaspéré de mon ignorance, tendrement il me rassure et me dis t’inquiète on va essayer si tu veux, je ferai très doucement et si tu as mal tu me le dis j’arrêterai, tu vois bien que ils le font donc c’est que c’est possible hein, et puis ainsi on saura, on aura vraiment fait l’amour, t’as pas aimé jusque là???

Ces derniers mots ont eu raison de mes peurs et l’excitation remonte à son degré maximum, je lui dis ok, on le fait mais doucement alors, j’ai jamais fait ça et j’ai peur……

T’inquiètes moi non plus, si tu veux je te prends et après tu me le fais….

Toute mes barrières viennent de tomber je me colle contre lui, lui saisis la bite et le caresse en l’embrassant pour lui montrer mon approbation, aussitôt il glisse sa main dans mon dos, je la sens descendre doucement vers mon fessiers, ses doigts se glissent habilement dans le creux de mes fesses et ses caresses sont merveilleuses, j’ai envie de m’abandonner à lui, de me sentir « son homme »ou « sa femme » je sais pas trop, mais je veux qu’il m’aime….

Je sens maintenant le bout de son index tourner autour de mon anus, je serre d’abord les fesses, il me chuchote : laisses toi aller, détends toi ça va aller, et doucement je le laisse tourner son doigts, à un moment il essaie de le rentrer, très doucement mais ça me fait mal, il le ressort, joue à nouveau et revient mais plus doucement avec des mouvements qui m’échauffent et agrandissent mon envie qu’il me possède.

Au bout de quelques minutes je ne saurais dire combien il se met à genoux, enlève complètement son pantalon et son slip, saisit les miens et me fout à poil comme lui, il me saisit la jambe et me fait tourner sur le ventre, écarte mes jambes et vient se mettre entre, il s’allonge sur moi, me caresse et me dit : t’inquiète je vais te prendre doucement si tu as mal dis le moi, tu vas aimer….

Et je sens son sexe venir dans le creux de mes fesses, passant au dessus de mon anus, à chaque mouvement j’ai l’impression qu’il va le rentrer mais il se frotte adroitement tout en me caressant jusqu’à ce que je voie s’arrêter, s’appuyer d’une main et de l’autre saisir sa verge, doucement il descend et je sens une déchirure brûlante.

Il se retire aussitôt, puis me dit que ça glisse pas bien, puis d’un coup me dit attends, il reprends quelques mouvements de va et vient, puis se met à genoux et je le vois cracher dans sa main, une première fois il enduit le tour de mon anus de sa salive la sensation me fait frémir, puis un autre jet de salive qu’il met sur sa verge, et il revient vers moi. je sens le bout de son gland chercher mon anus, après un ou deux essais je le sens entrer dans moi.

D’abord douloureux mais bien moins qu’avant, il me demande incessamment si ça va, moi je ne veux pas qu’il arrête et je lui cache cette petite douleur qui de toute façon est maintenant dépassée par une sensation bien plus forte; une brûlure agréable au fur et à mesure qu’il me pénètre, je sens maintenant qu’il est à mi chemin et il retire sa main pour laisser entrer le reste de sa queue, en n’oubliant pas à chaque fois de la sortir un peu avant de la pousser plus loin, moi je suis aux anges.

La peur est maintenant remplacée par une sensation superbe, merveilleuse, il pousse maintenant de plus en plus loin et je sens qu’il y est à fond il s’allonge contre mon corps et tout en me défonçant me saisit la queue dans les mains, m’embrasse dans le coup, je sens sa respiration s’accélérer au rythme de ses coups de reins saccadés, je voudrais que ce moment ne finisse jamais, je commence à remuer le bassin pour être en parfaite harmonie avec ses mouvements et je sens maintenant chacun des mouvements de sa bite à travers mon corps.

Je sens son envie et son excitation en moi, ses caresses deviennent très fortes et à chaque coup de queue je le sens me serrer plus fort contre lui, ma bite est en feu et il joue avec de ses mains, la caresse tellement bien, il me mordille le coup, les oreilles, me dit ah, c’est bon, c’est super, j’aime ton cul.

Il me demande si j’aime sa bite, je lui dis j’adore, continues et il ne fallait pas lui dire deux fois, j’ignore encore combien de temps il a tenu mais à un moment je l’ai senti accélérer, ses mouvements se sont fait encore plus forts jusqu’au moment de ce que j’ai appelé le coup de queue final, j’ai senti son, ou plutôt deux ou trois jets chauds dans mon cul, à ce moment je n’ai plus tenu et j’ai joui moi aussi pendant qu’il continuait à me branler.

Une fois son sperme et le mien évacués il s’est laissé aller à plat sur mon dos, j’ai senti que son sexe diminuait de volume, après maintes caresses il s’est retiré, j’ai alors ressenti une brûlure à mon cul qui a tout de même duré quelques heures, pas douloureuse mais agréable, je venais de perdre ma virginité, tant par l’avant que par l’arrière.

Nous nous sommes reposés côte à côte, tout en nous parlant de ce que nous venions de faire, ou surtout : de vivre, tous les deux nous étions émerveillés par tant de jouissance, nous nous sommes rhabillés avant de sortir de la grange et les grands parents sont rentrés une heure par après, j’avais peur que l’on voie sur mon visage quelque trace ou autre.

Mais il n’en était rien, c’est le lendemain que nous avons retrouvé notre « cachette » dans la grange et que nous avons inversé les rôles.

J’étais conscient que lui ressentirait moins la pénétration par rapport à celle qu’il m’avait faite étant plus jeune ma queue n’atteignait pas encore les proportions de la sienne bien que la différence soit faible, et là moi aussi j’ai découvert ce qu’était l’amour, injecter son sperme dans le corps d’un autre, jouir des caresses mutuelles, nous avons continué à chaque fois que nous en avions l’occasion, dans un champ de blé, sous un arbre dans une praire, et d’autres endroits dès que nous étions seuls et que nous étions assurés de ne pas être surpris.

Depuis deux ou trois ans jérémy et moi nous sommes un peu perdus de vue, nous nous parlons par internet ou par gsm, il à une compagne mais ne dénigre pas à l’occasion une rencontre masculine, tant que ça reste secret.

Pour ma part je suis toujours célibataire, à la recherche de l’âme « frère »…. j’ai fait quelques rencontres mais jamais je n’oublierai ma premiière fois.

J’espère que vous avez tous connu autant de sensations merveilleuses que moi.

S’il vous-plait, laissez votre avis en commentaire ci-dessous les garçons.

Bises

Avis, infos et commentaires
  1. landrove dit le 15 juin 2018 18 h 00 min:

    Superbe ton histoire Valentin, vive les vacances on y arrive et si ça te dit tu peux venir avec ton pote, j’ai une piscine à la maison, j’habite près de montpellier, je serais pas contre une petite semaine ou deux avec vous deux à la maison.

  2. christian75 dit le 16 juin 2018 2 h 10 min:

    mec, moi aussi j’ai été défloré dans une grange, par un cousin et ton histoire m’a touché, des souvenirs bandants et inoubliables, merci mec

  3. manchaud dit le 16 juin 2018 3 h 45 min:

    Moi j’ai lu, belle histoire, j’ai perdu ma virginité anale dans une grange, j’ai été violé par l’ouvrier de mon père, mais j’ai aimé ton histoire malgré tout, pour toi au moins c’était une histoire d’amour, merci de nous laisser partager

  4. marocobi dit le 16 juin 2018 18 h 46 min:

    Ben moi j’ai un grang à la maison si viens tu viens avec pour les vacence humm

L' Appel Rencontre Coquine

Viens baiser au 0895 70 11 36